balade

Pornichet, le temps d'un week-end #1

Demat chers lecteurs,

Il y a quelques semaines, j'ai eu la chance de découvrir la jolie ville de Pornichet accompagnée d'autres blogueurs.

Je n'en connaissais aucun, j'avais juste croisé une fois, il y a quelques années lors d'un événement DDP, July de The cocooning around the corner. C'est donc plutôt enjouée que je partais découvrir Pornichet et les blogueurs de ma nouvelle région.


On a commencé la balade sur la Côte d'Amour, par la plage de Sainte-Marguerite, pour remonter à pied dans les jolis quartiers et admirer les sublimes villas qui peuplent le bord de mer.


Au fil du temps, le patrimoine et l’architecture des belles villas ont fait de Pornichet une des grandes stations mondaines du 19ème siècle. Aujourd'hui, on ne se lasse pas de se balader dans les rues pour découvrir les splendeurs d'antan.

Pour pouvoir les découvrir, baladez-vous dans l'Avenue des Chênes Verts, l'Avenue de Cavaro, l'Avenue du Littoral, l'Avenue Marguerite Mercier, l'Avenue de Rangrais et le Boulevard de l'Océan.

La villa Laetitia : Son Histoire
Puis on arrive au 2 avenue des Bleuets, dans le domaine de l'emblématique Ker Juliette. Pour comprendre son importance il faut remonter le temps dans les années 1800...


En 1880, Charles Mercier, avocat parisien, achète au comte de Réaulx une vingtaine d'hectares de dunes entre Bonne Source et Chémoulin.

Il les divise en lotissements pour les vendre et baptise ce quartier "Sainte-Marguerite" du nom de la patronne de sa fille.

Sur près de 3 hectares, il se fait construire, par l'architecte Van Den Broucke, une villa qu'il appelle Ker Juliette du prénom de sa femme.

Charles Mercier fit de celle-ci un témoin privilégié de l'histoire de Pornichet, de ses évolutions, puisqu'elle a traversé le siècle en s'adaptant sans cesse à son époque.


Aujourd'hui, niché dans un parc de 4 hectares, le Domaine de Ker Juliette est composé d'un hôtel ***, d'un restaurant et de résidences. 


Il accueille aussi bien les particuliers en couple ou en famille, que les groupes pour des occasions particulières (mariage, baptême, etc.), qu'une clientèle d'affaires. Le lieu est donc idéal pour se reposer, savourer, partager, se marier, travailler.


Ce jour-là, l'établissement recevait royalement un groupe de blogueurs. On s'est tout simplement régalé.


Bon, vous connaissez tous mon côté bec sucré désormais alors autant vous dire que je n'ai pas lésiné sur les desserts ;-)


Puis direction le port de Pornichet, pour une expédition sur le Bora Bora. Le voilier est tout simplement magnifique.


Construit en 1987 en Turquie, le Bora Bora est un splendide caïque gréé en ketch Aurique de 29,30 mètres.


En 2010, il est racheté par un amoureux de la mer qui connaît lui-même la maladie pour en faire profiter des enfants sortant de lourdes pathologies.


Après en restauration complète, le Bora Bora reprend la mer en 2014, avec à son bord des enfants sortant de l'hôpital.

Des croisières tout public et aux entreprises seront également proposées pour financer les expéditions des enfants en rémission via l'association Pied de nez.


On a donc eu la chance de voguer à son bord dans la Baie de la Baule.


Les cabines en bois sont spacieuses pour les longues traversées !


Après moult péripéties, car certains d'entre nous ont eu le mal de mer à bord, on regagne la terre ferme pour découvrir notre hôtel. On logeait en plein coeur de Pornichet et à deux pas des plages, à l'hôtel Océania.


Fatiguée par la balade et la sortie en mer, on prend le temps de se poser un peu dans nos chambres avant d'entamer le programme de la soirée.


On se dirige vers Le Bidule, un bar qui ne paie pas de mine de l'extérieur, mais c’est une institution à Pornichet depuis 1946.


Le bar est ouvert de 17h30 à 21h. Ce qui est plutôt cocasse, c'est qu'il accueille une population variée. On retrouve aussi bien des jeunes, que des quarantenaires voir même plus...

L'ambiance est bon enfant, chacun amène son saucisson ou ses cacahuètes avant de jouer des coudes pour se faire une place dans la foule amassée dans le bar, la terrasse ou la cour intérieure.


Au Bidule, pas de commande au bar, les barmans circulent avec leur porte-bouteilles perché au-dessus de la foule. Lorsqu'on fait signe et ils vous versent un petit verre de Muscat ou de Banyuls pour 2 €. J'ai goûté aux deux et rouge comme blanc, ils sont délicieux !


Puis direction L'Argana pour déguster un Couscous. C'est la première fois que j'allais dans un restaurant Marocain et je dois dire que je n'ai pas été déçue, les portions étaient généreuses et c'était délicieux ! J'aurai juste aimé quelque chose d'un peu plus relevé mais on ne peut pas satisfaire tout le monde.


On termine par un dessert accompagné d'un traditionnel thé à la menthe.


On termine la soirée au Casino de Pornichet. Bon, comme d'habitude j'ai perdu 10 € en revenant bredouille mais certains ont gagné leur soirée avec des sommes allant de 20 à 80 €. Mais bon je n'ai jamais eu de chance aux jeux. "Malheureuse aux jeux, heureuse en amour" est un proverbe qui me convient bien ;-)

Crédit Photo Casino : OT Pornichet

On rejoint notre hôtel pour sombrer dans les bras de Morphée avant d'attaquer le programme du lendemain car Pornichet, c'est Pornichouette :-)

Bon week-end à tous !

Infos utiles :

About Florence

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre petit mot!
Je prendrais le temps de vous répondre :-)
A très bientôt
Florence

Fourni par Blogger.